1 an de Bullet Journal

Lucidiot Productivité 2017-12-06
Le résumé de mon année 2017.


Depuis le 7 janvier 2017, j'utilise le Bullet Journal, une structure de carnet destinée à la productivité. J'en ai déjà parlé dans de précédents articles, mais je comptais donner un retour sur le Bullet Journal après l'avoir utilisé pendant une année complète.

Fin octobre, il me restait moins d'une vingtaine de pages dans mon carnet, et puisque tout le mois de novembre ne pourrait pas rentrer dans le carnet, j'ai décidé de le laisser reposer en paix et de passer à un nouveau carnet. Après un peu de réfléxion, j'ai finalement opté pour un mode de classeur, pour que je puisse réutiliser un format unique pour le journal, pouvoir transférer des collections pendant des années, et surtout pour ne pas avoir à transporter mon gros carnet, seulement quelques feuilles, quand je vais à l'école ou au travail.

J'ai donc décidé d'écrire maintenant mon bilan, début décembre, pour donner mes impressions sur ces 212 pages de journal. En rouvrant mon carnet, j'ai ce petit sentiment de nostalgie, assez rare, et pas de regret, alors que j'ai sans cesse tendance à regretter chacune de mes actions. Pour une fois, je suis fier de ce que j'ai fait, je suis fier de ce petit morceau de ma vie quotidienne archivé, et je ne risque pas d'avoir ce genre de choses avec du numérique.

À la toute fin du carnet, juste au moment de passer vers mon classeur, dont je reparlerai dans un article plus tard lorsque je l'aurai suffisamment expérimenté, j'ai écrit un résumé de mes accomplissements aidés par ce carnet. Mon écriture s'est un peu améliorée, il y a encore du travail à faire mais elle est un peu plus lisible, j'ai réalisé les projets scolaires et obtenu mon diplôme, j'ai fait un stage, j'ai été admis dans une formation avec de très bons débouchés sur le monde du travail, j'ai mené à bien quatre projets informatiques personnels.

Et pendant ce temps-là, j'ai pu améliorer mes routines quotidiennes, j'ai mieux protégé ma vie privée sur Internet et nettoyé mon identité numérique, je suis passé sous Linux, et j'ai amélioré ma gestion du temps ce qui m'a permis de continuer à m'amuser et avoir du temps libre tout en étant efficace.

Ce carnet constitue une preuve concrète de quelque chose : j'ai fait des choses. J'ai fait des choses utiles, nécessaires, ou agréables, et j'ai progressé. Et j'insiste là-dessus : je sais, notamment grâce à mon expérience sur Mastodon, que ce n'est pas facile de se prouver à soi-même qu'on ne veut pas rien.

D'un point de vue plus concret, j'ai pu organiser un peu tout le bordel que représente le quotidien ; j'ai des routines sur Habitica, j'ai des choses à faire dans des agendas, sur des papiers, sur des notes, dans des mails, dans peut-être 3 ou 4 logiciels différents et même dans l'interface d'administration de ce site, et il y a le Bullet Journal pour tout centraliser, et savoir ce que je dois faire point par point chaque jour, préparé chaque soir pour le lendemain, pour avancer.

Le processus peut être long ; il faut préparer le carnet, toutes les listes de tâches, recopier chaque jour ce qu'on a pas fait, recopier les événements, prendre les notes, tout relire, chaque mois préparer le calendrier et les trackers, et chaque jour prévoir le jour suivant. Mais ça paie. Une fois par jour, on passe du temps à préparer les choses, et ensuite on ne s'en préoccupe plus pendant 24 heures, on ne cherche plus les notes partout. On arrête de perdre du temps à savoir quoi faire et on n'oublie pas les choses.

Je suis certain qu'on peut arriver au même résultat avec d'autres techniques comme des planners ou des journaux intimes, mais le Bullet Journal offre la flexibilité qu'on n'a pas dans un planner et la concision qu'on n'a pas dans un journal intime. Je parle beaucoup du BuJo, mais je ne demande pas aux gens de n'essayer que ça : simplement, essayer de grouper en un seul endroit, physique, pas numérique, tout ce qu'on a à faire, tous les rendez-vous, les événements, les pensées ; avoir un morceau de sa vie dans un bloc de papier. Ça donne beaucoup plus de sens à sa vie que quelques octets sur une carte microSD ou sur le cloud.

Pour l'année 2018, je vais avoir encore plus besoin d'une structure solide pour y ranger mes journées ; je vais enchaîner les soutenances, les projets, un stage, un diplôme, une entrée dans le monde du travail, et très probablement le départ du nid familial. Un beau bazar qu'il faudra accomplir tout en gardant mes bonnes habitudes. J'ai du pain sur la planche, et de l'encre à faire couler.


Commentaires

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire. Soyez le premier !